La place du design sur le marché de l’art

Exposition Constance Guisset – Musée des Arts Décoratifs – 2017

A l’heure où le marché de l’art s’ouvre à de nouveaux médiums, courants, formes d’art, les collectionneurs sont en demande de nouveauté et de redécouverte. C’est dans ce contexte propice d’acquisition que le design s’impose sur le marché. 

Artistes et designers créent tous des compositions visuelles en utilisant une base de connaissances commune, mais leurs raisons pour le faire sont tout à fait différentes[1].

Là où le design se définit comme la création d’un projet en vue de la réalisation et de la production d’un objet ou d’un système, à la croisée de l’art, de la technique et de la société ; l’art à pour intention première le geste d’une création unique. Cependant, nous pouvons constater que la frontière entre design et oeuvre d’art devient poreuse et laisse entrevoir un champ commun où les “artistes designers” s’exercent.

Sur le plan du marché de l’art, il y a maintenant plusieurs années que les pièces rares de design s’arrachent en galeries, dans les ventes aux enchères ou sur les foires d’art contemporain. Cela a commencé par un engouement pour les créateurs des années 1950 et ce que l’on a appelé le design « vintage » : Jean Prouvé,  Serge Mouille…Car même les productions plus récentes y sont soumises, amenant ainsi, années après années, des records en terme de prix : 56 000 euros pour une table en béton fibré de la collection Concrète de Martin Szekely (galerie Kreo, 2008), 330 000 euros pour la table Dune en aluminium or de Zaha Hadid (galerie David Gill, 2008), et même 3 million d’euros pour la Lockheed Lounge Chair de Marc Newson (conçue en 1986 et vendue chez la maison de vente Phillips en 2015). Ironiquement et comme le dit le designer Marc Newson « ce modèle n’était pas vraiment fait pour être confortable ». Donc cette chaise qui n’est pas confortable et a fortiori contraire à la définition première du design qui est de créer un objet usuel, cet objet deviendrait alors une œuvre d’art.

              Lockheed Lounge Chair de Marc Newson vendue en 2015

 

De plus, de nombreux objets de design sont des pièces uniques ce qui renforcent l’idée d’une création artistique relevant d’une intention d’esthétisme ; c’est pour cela que de nombreux curateurs, musées ou encore collectionneurs suivent certains designers qui tendent à à innover, embellir plus que révolutionner le quotidien (ndlr : définition première d’un designer).

Finalement, le design prend de plus en plus de place sur le marché de l’art mais aussi dans les institutions comme par exemple à la Fiac et à Art Bazel à Miami où une section lui est réservée. Mais le design restera tout de même en dessous en termes de prix des œuvres d’art mais cela n’empêche pas de suivre la tendance du design sur le marché de l’art et de surtout comprendre que la frontière entre art et design devient de plus en plus poreuse. En effet, le marché de l’art intègre de plus en plus des objets de design – quitte à s’y confondre. Nous pouvons donc dire que que certains artistes-designers suivront la croissance du marché de l’art.